l'Histoire de notre association

Création de l'association

L’activité musicale dans notre commune remonte aux années 1860 où Henri HAEFFELY, industriel local, soutint la création de la première association musicale.

Interrompue par la guerre de 1870, la vie musicale reprit en 1873 sous la direction de Henri BRENDLEN et la Présidence de Jacques SALZMANN.

En 1876 se produit une scission qui donna naissance à deux harmonies ; l’une sous la direction de Paul STOLL, l’autre sous celle de François KECK.

Une rivalité de dix années prit fin en 1886 à l’occasion de l’aubade à Monsieur le Maire Antoine SCHOFF nouvellement élu. Prenant la Présidence, il réunit tous les musiciens et constitua le 1er septembre 1886 la société de musique « CONCORDIA ». Avec le comité directeur on comptait 21 membres fondateurs. Les répétitions eurent lieu au restaurant Bourghart.

Sous la direction de Paul BREITWIESSER, la « Concordia » connut des années fastes avant la première guerre mondiale. Les succès aux concours, tant sur le plan Régional que National prouvèrent la bonne cohésion de l’harmonie. L’apogée fut incontestablement le 1er Prix de déchiffrage et le Prix d’Honneur d’exécution musicale obtenus par les 65 musiciens de la « Concordia » lors du concours international à Paris du 26 au 28 mai 1913.

Hélas la guerre 14-18 et ses suites n’ont pas été sans laisser des traces funestes dans les rangs de nos musiciens. D’incurables meurtrissures furent infligées à la société par la perte de 15 de ses membres dont 12 tombés au champ d’honneur en pays étrangers et 3 victimes civiles. Aucun des 12 soldats n’a pu être rapatrié, et ils reposent loin de leur pays natal. 

1900 - L'entre deux guerres et les heures troublées de la Seconde Guerre mondiale

Au décès de son père, Marcel SCHOFF prit la présidence de la société. Il fut secondé dans sa tâche par Albert BARMANN, Gustave LARGER et Justin HUMBRECH, respectivement Vice-Président, Sous-chef et secrétaire-trésorier. La direction musicale fut prise en charge par Alphonse MEYER.

En 1918 à la fin des hostilités tout était à refaire. Le nouveau départ eut lieu en novembre à l’occasion d’un mémorial célébré en l’Église St Antoine de Bourtzwiller par M. le Curé Jules WAGNER en souvenir des victimes civiles et militaires de 14-18. La « Concordia » assura l’encadrement musical.

A l’issue de l’assemblée générale du 24.4.1919, la société se donna un nouveau nom « Union Musicale de Pfastatt « . Les répétitions eurent lieu dans une salle mise gracieusement à disposition par la commune, située rue des Écoles, à côté de l’école des garçons.

Une fois de plus cette belle activité dut être mise en veilleuse durant l’occupation de 39-45. Le refus de servir l’occupant conduit même en 1943 à la dissolution de l’association avec confiscation des biens. Cependant d’habiles manœuvres et le courage de quelques membres de la société ont su faire différer le terme de la livraison du matériel aux autorités occupantes et ce jusqu’à la fin des hostilités.

1945 - Les années d'après guerre

Après la libération l’on passa à l’inventaire de l’existant et une fois de plus on se remit à la tâche pour reconstituer notre chère phalange musicale.

Notre reconnaissance va surtout à Joseph SCHOLL, directeur, Joseph KOCH, caissier et Victor KUEN, sous-directeur, qui avec un grand esprit de renoncement et de dévouement ont mis chacun du leur pour qu’en avril 1945 l’UNION MUSICALE puisse déjà participer aux fêtes de la libération. Grâce également à la bonne volonté et aux efforts de certains membres, des jeunes recrues ont pu être formées pour grossir les rangs et l’effectif d’avant guerre sera vite dépassé, ceci sous la conduite de Célestin BANDEL, Président, et Alphonse JAEGER, Vice-Président.

Formulé depuis longtemps notre désir à tous de créer notre propre foyer a enfin pu être réalisé. Nos appels ont trouvé un écho favorable en notre bienfaitrice, Mme Marcelle SCHOFF, qui fit don d’un terrain de 25 ares, ainsi que d’un nouveau drapeau. Ce geste de grande générosité restera gravé dans nos annales. Les mérites de la famille SCHOFF à l’égard de notre société ne se comptent plus. Aussi tenons-nous à lui exprimer ici toute notre profonde et sincère gratitude. Ce geste, en effet, a grandement contribué à promouvoir l’amour de la musique et l’attachement de la population de Pfastatt à son « UNION MUSICALE ». »

La chronique que vous venez de lire est due à la plume de M. Eugène GOLFIER, toujours fervent supporter de notre Union. Elle a été publiée en Mai 1950 à l’occasion de l’inauguration du jardin SCHOFF et de la remise du troisième drapeau.

Après-guerre les répétitions se déroulèrent dans une salle de classe de l’école des garçons, mise à disposition par la commune. Inévitablement le jour vint où cette salle allait être occupée par les jeunes écoliers, toujours plus nombreux, et la société fut contrainte au déménagement. Elle trouva, du moins pour ses répétitions, refuge dans la salle du restaurant « Au bon coin » tenu par Mr et Mme René GUTH, membres actifs de la société. Le matériel dût être entreposé dans les greniers de l’école des garçons et de la mairie. En raison de ces conditions de fonctionnement très gênantes, fut décidée la construction d’une salle de répétition dans le jardin SCHOFF.

Alors, peut-être au détriment d’une politique de progression musicale, les membres se changèrent qui en maçons, qui en charpentiers ou en manœuvres, pour assurer en propre régie la construction de la salle de répétitions. Pour faire face aux continuels problèmes financiers, de nombreuses manifestations musicales furent organisées. Pfastatt ne disposant pas de salle adéquate, les concerts bals durent être organisés à l’extérieur : salle du jardin zoologique de Mulhouse, salle de gymnastique de Lutterbach, et enfin, dès que cela fut possible, à la salle de gymnastique de Pfastatt. En 1951 grâce à une liste de souscription, de nouveaux uniformes purent être acquis.

1958 - Les musiciens construisent leur foyer, lieu des répétitions

L’équipe dirigeante était toujours la même depuis l’après-guerre et c’est bien à elle que nous devons d’avoir aujourd’hui notre Foyer SCHOFF. Prenant le relais de Joseph SCHOLL, Pierre SEBIRE donna une nouvelle impulsion artistique à notre phalange, dont il assura la direction de 1952 à 1954. En 1958 la salle de répétition fut agrandie et permettait dès lors l’organisation de belles manifestations.

Nous devons rendre un hommage tout particulier à Victor KUEN qui fut la cheville ouvrière de l’équipe des constructeurs, tout en assurant la direction de l’harmonie. Célestin BANDEL fut entre autre l’instigateur et un des membres fondateurs de l’Amicale des Sociétés de Musique de Mulhouse Campagne, groupement dont Pfastatt organisa le premier festival le 14 juin 1953. Mr. BANDEL devait présider la société jusqu’en 1960. Tour à tour la destinée de l’Union fut entre les mains de Alphonse JAEGER, Pierre BURGUNDER et Victor KUEN, administrateur jusqu’en 1967, année au courant de laquelle Albert KIRBIHLER fut porté à la présidence. Alfred ADELBRECHT assura pendant une période relativement difficile la direction de la société.

Une nouvelle fois en 1966 la société fit appel à la compétence de Pierre SEBIRE. Une action constante en faveur de l’enseignement musical aux jeunes porta ses fruits. Avec tact et sérénité Albert KIRBIHLER sut concilier les problèmes techniques et financiers.

 

Le 80ème anniversaire célébré le 12 juin 1966 permit à la société d’inaugurer le « Foyer SCHOFF ». Nous rendons ici hommage à notre Président d’Honneur, M.Fridolin HECKEL, qui soutint notre société en dotant de nombreux jeunes d’instruments neufs.

Jusqu’en 1970, et depuis plus de 25 ans, Eugène GOLFIER assuma les fonctions de secrétaire et de trésorier après le décès de Joseph KOCH. Il fut remplacé par Pierre KLEIN.

de 1970 à 1996

Vice-président depuis 1963, Pierre KIRCHHOFF fut élu à la présidence de l’Union en 1973. Dans la même année, Carlo BIONDI prit également la direction de notre ensemble. Ce jeune et dynamique chef de musique sut transmettre son enthousiasme à ses élèves, qui pour leur formation profitèrent pleinement de l’école de musique que la société gérait à leur intention. Pour constituer la nouvelle équipe dirigeante, il fut fait appel à nos parents d’élèves. Le premier Week-End Musical de Pentecôte 1976 restera gravé dans de nombreux esprits.

En 1973 le Foyer SCHOFF fut agrandi par l’adjonction d’une salle de cours devenue indispensable pour l’évolution de l’école de musique. Cette école de musique venait cependant 20 années trop tard et le joint entre les générations ne put être assuré. C’est ainsi que depuis 1973 l’U.M.P. reste pratiquement un « Ensemble de Jeunes » en constante évolution.

1979 à LIPSHEIM – concours des jeunes ensembles de la Fédération d’Alsace en division moyens – Prix d’excellence – BANTZENHEIM en 1980 en division supérieure Prix d’excellence avec félicitations du jury – 1981 Félicitations du jury à une rencontre internationale de jeunes ensembles à MUTTENZ (Suisse).

Nos efforts de formation musicale et de promotion de la musique d’harmonie furent reconnus par l’attribution du BRETZEL d’OR en octobre 1979.

De plus en plus, le concert annuel devint la rencontre de nombreux mélomanes de Pfastatt et le concert de gala du 95e anniversaire fut fortement apprécié.

Peu à peu, de jeunes individualités émergèrent du groupe et prirent des responsabilités dans la formation des jeunes. Ne citons que Jean-Marie NAEGELEN qui dirigea l’ensemble de l’école de Musique ou  Bernard KLEIN (ancien élève de Pierre SEBIRE), Premier prix interrégional de clarinette qui a su assumer la relève de Carlo BIONDI en septembre 1983 quand celui-ci dut nous quitter pour prendre la direction de l’harmonie de Chamonix puis d’un ensemble prestigieux au Maroc un an plus tard.

La transition, pourtant difficile, fut assumée sans heurts et en 1985 l’U.M.P. remporta un 1er Prix d’excellence en division élémentaire au concours des jeunes ensembles du département.

Indisponible pour des raisons professionnelles, Pierre KIRCHHOFF fut remplacé à la présidence par Alain JOLLY de 1983 à 1985. C’est sous l’impulsion de ce dernier que débutèrent les travaux de modernisation et de rénovation du foyer SCHOFF.

A son retour en 1986, M. KIRCHHOFF poursuivit les travaux et mit l’accent sur le développement de l’école de musique. En 1986 la doyenne des Associations Pfastattoises fêta son centenaire.

Administrée par M. Christian WISNIEWSKI l’école de musique compta jusqu’à 120 élèves, mais plus de la moitié des élèves pratiquaient un instrument autre que ceux de l’harmonie. Un recentrage s’avéra nécessaire. Il fut concrétisé par l’adhésion de notre école à la gestion du CDMC (Conseil Départemental pour la Musique et la Culture). Au fur et à mesure de la maturité des élèves, ceux-ci participaient à la classe d’orchestre d’harmonie de l’école de musique, qui permet aux jeunes de se préparer avant l’intégration à l’harmonie de l’U.M.P. Cette classe fut tour à tour dirigée par Nicole et Christine KIRCHHOFF, Marie Aude RAPPOLD.

Depuis la rentrée 1992, Jean-Marie NAEGELEN a pris en main la destinée artistique de l’U.M.P. Avec lui une nouvelle équipe dirigeante s’est progressivement mise en place avec l’assurance du soutien des anciens.

Mon successeur Francis WEISS, dont l’arrière grand-père Gustave LARGER fut membre fondateur de l’U.M.P. prit ses fonctions en 1995.

Texte rédigé par Pierre Kirchhoff, Président honoraire, à l’occasion du jubilé du 110ème anniversaire (1996).

Les années 2000

Les années 2000 sont marqués par plusieurs événements comme le concours national à Bouzonville où l’harmonie a pu asseoir son niveau d’orchestre de 2ème division en 2003

En 2005, les musiciens mettent la main à la pâte en repeignant intégralement le Foyer Schoff.

En 2006, l’ensemble des jeunes est pour la première fois dirigée (en partie) par une jeune femme : Nathalie Bauer, trompettiste, qui évolue aujourd’hui dans un orchestre en Norvège.

L’orchestre part également à la découverte d’autres publics en se produisant hors du département à l’occasion de divers voyages
Abbaye de Montbenoit (Franche-Comté en 2000)
Bourg Saint Maurice (Savoie en 2002)
Le Biot (Haute-Savoie en 2010)
Echery
Genas (Rhône – 2014)
Saint Martin Du Mont (Ain – 2015)

L’Union Musicale de Pfastatt continue de participer activement au dynamisme de la commune avec son concert de la Sainte Cécile, le concert de Printemps, les carnavals, fêtes de la musique, fête de Noël des personnes âgées, Libération de Pfastatt et les commémorations du 11 novembre.
L’école de musique compte désormais 80 élèves, pour moitié en instrument à vent. La popularité des instruments comme la guitare, la batterie et le violon font que les rangs de l’harmonie diminuent progressivement, en espérant une relève plus conséquente chaque année.

Les nouveaux membres ne relâchent pas leurs efforts pour séduire le public : portes ouvertes à l’école de musique avec essai d’instrument, stages d’été, répertoire moderne sont maintenant de mises. L’orchestre multiplie les activités hors musique pour consolider l’association (marche, barbecue, journée de travail -où on aime se retrouver autour de l’apéro après!-)
Les cours d’éveil musical ont heureusement du succès, nous laissant espérer que la musique a encore de longues années devant elle.

Effectifs en 1999 - Concert Sainte Cécile
2006 - Concert à Sainte Marie-aux-Mines

Aujourd'hui

L’UMP se développe notamment sur les réseaux sociaux. Nous mettons en ligne certains enregistrement de concerts et davantage de photos sont visibles sur nos réseaux.

L’association, sous l’impulsion de ses trésoriers Vincent Gerum et Christian Perrin, organise un festival des écoles de musique : Le Festival Musi’school. Nous invitons de jeunes groupes, nés dans les écoles de musique de la région, à se produire sur la scène du Foyer Schoff tout un week-end.

Après 25 années à la présidence de l’association, Francis Weiss passe le relais à Bruno Cichecki, qui était depuis quelques années déjà son « Numéro 2 ».
Jean-Marie Naegelen est toujours notre chef d’orchestre (depuis 1992 si vous suivez bien!) il est secondé par Olivier Boehringer, également trompettiste dans nos rangs.

Concernant le Foyer Schoff, nous espérons pouvoir le moderniser, l’agrandir. Nous attendons un projet d’envergure pour que la doyenne des associations de Pfastatt puisse s’exprimer pleinement sur scène.

L'harmonie en 2017
Musi'school 2019 - Last Minute Rock, groupe créé au sein de l'UMP

Réécriture et relecture Thomas Berger et Axelle Ruffenach